BBC Monthey Chablais | Le nouveau comité du BBCMC a fait d’importants efforts pour son mouvement jeunesse.
1870
post-template-default,single,single-post,postid-1870,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Le nouveau comité du BBCMC a fait d’importants efforts pour son mouvement jeunesse.

Le nouveau comité du BBCMC a fait d’importants efforts pour son mouvement jeunesse.

Article du 23 janvier 2018 dans le Nouvelliste par Adrien Delèze 

Le nouveau comité du BBC Monthey-Chablais l’avait promis lors de l’assemblée ordinaire de juin dernier: le mouvement jeunesse (MJ) devait reprendre une place de choix au sein du club. Longtemps délaissé et vivotant grâce à l’investissement d’une poignée de bénévoles, le MJ montheysan devait redevenir «un élément central» au Reposieux, selon les paroles du tout frais président Yannick Buttet. Un président qui souhaitait également «recréer des liens avec toute la région et offrir des perspectives de formation aux jeunes chablaisiens».

Mais sept mois ap rès son entrée en fonction, la nouvelle équipe dirigeante a-t-elle tenu ses promesses? «La structure jeunesse a été réintégrée à la structure générale du club d’un point de vue administratif et financier, commente Yannick Buttet. Et plus de 100 000 francs ont été investis pour le MJ.»

Un entraîneur professionnel engagé

Les Sangliers ont donc cherché à choyer leurs jeunes pousses en leur offrant tout d’abord de nouveaux équipements. «Pull, sac, t-shirt, short et chaussettes leur ont été offerts grâce aux sponsors de la première équipe, sourit Sophie George, coordinatrice du MJ. Des détails qui marquent pour ces jeunes leur identité et leur attachement au club.»

Mais le comité ne s’est pas arrêté à cette simple mesure esthétique, il a également considérablement renforcé la structure du MJ en engageant dès le début de saison un entraîneur professionnel, en la personne de Didier Mascella. «Nous savions que la gestion de cette organisation ne pouvait plus passer uniquement par des bénévoles, commente Sophie George. C’était un rouage essentiel à notre développement.» Le coach français est donc désormais employé à 100% auprès de la relève du basket chablaisien.

En parallèle du coaching des U20 montheysans et d’un statut de conseiller auprès des autres entraîneurs du MJ, Didier Mascella œuvre également au sein du BBC Agaune. «Il travaille en tant que soutien des coachs du club, explique Patrick Barman, président des Agaunois. Il fonctionne par exemple en tant qu’assistant de Yanick Es-Borrat, entraîneur de notre équipe de 1re ligue.»

Le BBC Agaune réceptif

Avec une répartition à parts égales des frais engendrés par l’engagement d’un entraîneur professionnel, le BBC Monthey-Chablais et le BBC Agaune ont posé les premiers jalons d’une collaboration. «Cette saison cette collaboration s’articule autour de quatre équipes (ndlr: U15, U17, U20 et 1re ligue), c’était très important afin de pouvoir maintenir notre filière jeunesse», souligne Patrick Barman.

Mais pour ce faire les dirigeants des deux clubs ont dû s’adonner à «de la cuisine de précision». «Il a fallu arrondir les angles pour que les identités soient préservées notamment pour les parents et le public. Mais avec autant de clubs dans un rayon de 15 kilomètres, la proposition d’un partenariat fait sens.»

Une place pour les élites et pour le loisir

Si les Montheysans et les Agaunois ont fait un premier pas vers l’avant, ils aimeraient bien entraîner le BBC Troistorrents, le BBC Collombey-Muraz et Aigle Basket dans leur sillage (ndlr: voir encadré). «La collaboration au niveau des MJ est essentielle pour assurer la survie à moyen et long terme du basket dans la région», affirme Sophie George.

Une collaboration qui pourrait prendre la forme d’un centre de promotion des espoirs (CPE), structure que SwissBasketball avait durant une période l’ambition de rendre obligatoire pour les clubs de LNA. «Cela permettrait d’avoir un suivi médical, scolaire et sportif des jeunes basketteurs, confie Yannick Buttet. Avec un plus grand bassin de recrutement nous donnerions plus de chance à ceux qui veulent percer dans l’élite et plus de plaisir à ceux qui considèrent ce sport comme un loisir.»

Cinq clubs autour d’une même table

Plusieurs rencontres réunissant les clubs de Saint-Maurice, Monthey, Collombey-Muraz, Troistorrents et Aigle afin d’évoquer l’avenir du basket dans la région ont déjà eu lieu. «Réunir les cinq clubs autour d’une même table, c’est déjà un pas important», souligne Yannick Buttet, président du BBC Monthey-Chablais. Chablais Basket a été une très mauvaise expérience pour certains, pourtant je pense que dans quelques mois ou années, nous reviendrons à une formule comme celle-ci.» Cette «mauvaise expérience» marque encore les esprits de certains clubs, qui se montrent plus méfiants vis-à-vis des Sangliers et inversement. «Certaines rancunes existent toujours et nous devons tout faire pour rassurer les autres clubs et surtout tenir nos engagements.» D’ici là, les cinq entités poursuivront leur discussion, elles qui ont déjà agendé leur prochaine rencontre.