BBC Monthey Chablais | Basket: Patrick Pembele, «il faut être un peu fou pour miser sur un coach de 26 ans»
1997
post-template-default,single,single-post,postid-1997,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Basket: Patrick Pembele, «il faut être un peu fou pour miser sur un coach de 26 ans»

Basket: Patrick Pembele, «il faut être un peu fou pour miser sur un coach de 26 ans»

Le Nouvelliste, Adrien Délèze, 23 mars 2019, 05h30 

Le nouvel entraîneur du BBC Monthey-Chablais fait partie des plus jeunes à avoir coaché à ce niveau. Une expérience qui nourrit son rêve de devenir coach professionnel.

Patrick Pembele est-il le plus jeune entraîneur que la Swiss Basketball League ait connu? Les statistiques de la ligue répondent à cette question par la négative. «Le coach actuel du BBC Troistorrents, Antoine Mantey, avait coaché Vevey le temps d’une quinzaine de matchs, alors qu’il n’avait que 22 ans», commente Erik Lehmann, responsable du département compétition de la fédération.

Mais plus jeune ou pas, dans le fond, peu importe. A 26 ans, Patrick Pembele s’est vu confier les clés du Reposieux et par la même occasion celles de l’un des monuments du basket helvétique. «Sincèrement, je pense qu’il faut être un peu fou pour miser sur un coach de 26 ans», lance en rigolant le principal intéressé.

Cependant, après deux saisons passées dans le Chablais, plus rien ne devrait étonner l’apprenti coach. «L’année passée déjà, j’ai été surpris qu’il m’offre le poste d’assistant. Au sortir de cette saison compliquée, j’étais en contact avancé avec Vevey, mais lorsque j’ai appris que Monthey voulait me prolonger, je n’ai pas hésité.»

Il y a eu quelques petites crises, quelques coups de gueule comme dans chaque équipe de basket. PATRICK PEMBELE, ENTRAÎNEUR DU BBC MONTHEY-CHABLAIS

Les sourires de retour à la salle

L’ancien entraîneur de Blonay – en première ligue – a saisi la balle au rebond et quelques mois plus tard, il se retrouve propulsé dans la peau du numéro 1 des Sangliers. «Franchement, je n’ai pas encore vraiment eu le temps de réaliser. Depuis trois semaines, je vis le basket à 100%, 24 heures sur 24.»

Et les premiers effets de cet investissement commencent à se voir sur le terrain; des gestes d’encouragement entre coéquipiers apparaissent, un collectif prend gentiment forme et les engueulades ont pratiquement cessé sur le parquet. «Les dirigeants m’ont beaucoup soutenu et assisté durant les discussions que j’ai eues avec les joueurs. Aujourd’hui, on revoit enfin des sourires à l’entraînement, même dans la souffrance.»

Du haut de ses 26 printemps, Patrick Pembele est donc parvenu à obtenir le respect de joueurs parfois six ou sept ans plus âgés que lui. «J’ai été surpris par leur professionnalisme.» Même le réputé «indomptable» Joel Wright a adhéré à ce nouvel esprit. «On sent qu’il fait beaucoup d’efforts. C’est quelqu’un de très émotionnel, mais il se tient droit depuis deux matchs.»

A Fribourg, lorsque je l’ai entendu crier lors d’un temps-mort, j’ai été surpris.
JÉRÉMY LANDENBERGUE, JOUEUR DU BBC MONTHEY-CHABLAIS

Le basket, un rêve qui se rapproche

Ces deux derniers matchs qui se sont d’ailleurs soldés par des victoires montheysannes – face à Bâle et à Lugano – après une défaite initiale contre Fribourg. «Les progrès sont là, mais l’équilibre demeure fragile. C’est maintenant, avec plusieurs gros matchs à venir, que nous allons pouvoir juger de la solidité de cet équilibre», souligne avec humilité le nouveau coach du BBC Monthey.

Un coach dont la personnalité et la patte se sont révélées très rapidement aux yeux de ses joueurs. «A Fribourg, lorsque je l’ai entendu crier lors d’un temps-mort, j’ai été surpris», se marre Jérémy Landenbergue, qui était le coéquipier de Pembele en sélection vaudoise junior. «Mais il arrive parfaitement à se faire respecter.» Même si le Patrick des terrains n’est pas forcément celui de la ville. «Il est beaucoup plus sérieux au basket, en dehors c’est quelqu’un qui rigole tout le temps.»

Cependant, le Veveysan est aussi quelqu’un qui sait où il va. Son nouveau statut ne le pousse d’ailleurs pas à s’enflammer au sujet de son avenir. «Il y a dix ans, le basket était un rêve lointain. Aujourd’hui, il se rapproche. Mais j’aimerais encore profiter d’être assistant durant deux ou trois saisons, histoire de gérer encore mieux le management d’un groupe.» Des saisons que Patrick Pembele se verrait passer du côté de Monthey.

MONTHEY TRÈS DIMINUÉ AVANT DE RECEVOIR GENÈVE

C’est passablement diminué par les absences que le BBC Monthey-Chablais recevra les Lions de Genève samedi à 17 h 30 au Reposieux. A la liste des blessés comprenant les noms de Monteiro, Solioz, Fritschi et Blaser, vient s’ajouter deux incertains (Wright et Frease) et l’absence de Maza pour raisons professionnelles. «Actuellement, Genève est l’équipe numéro un en Suisse», commente Patrick Pembele. «Ce sera compliqué de prétendre à la victoire, mais il faudra conserver nos chances le plus longtemps possible.» Pour cette première rencontre de la phase intermédiaire, l’entrée sera gratuite pour tous les spectateurs.