BBC Monthey Chablais | Monthey-Chablais perd l’acte un contre Union Neuchâtel!
1821
post-template-default,single,single-post,postid-1821,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Monthey-Chablais perd l’acte un contre Union Neuchâtel!

Monthey-Chablais perd l’acte un contre Union Neuchâtel!

Article du Nouvelliste du 16.12.2018, 15h03, David Chappuis

Trop diminué, le BBC Monthey-Chablais a dû s’avouer vaincu contre Union Neuchâtel (76-64), plus fort et qui avait lui toutes ses armes. Ces deux équipes se retrouveront le 26 décembre lors des quarts de finale de la coupe suisse.

Monthey-Chablais n’a jamais vraiment pu croire en un possible exploit sur le parquet de la Riveraine. Ses (trop) nombreux absents ne lui ont pas permis de  lutter à armes égales avec un des prétendants aux premières places cette saison. Conséquence : il fut logiquement  dominé dans pratiquement tous les secteurs de jeu. Sa maladresse aux tirs -31,8%- aura été notamment un des éléments clés qui expliquent en partie ce revers.

Le constat: les blessures s’enchaînent

«Cela fait plus de trois semaines que l’on s’entraîne à six. Actuellement, on ressemble plus à une équipe de 3 contre 3 qu’à une de basket traditionnel.» Les propos du capitaine Marin Bavcevic peuvent prêter à sourire mais ils résument hélas bien les soucis que connaît le BBCMC en ce moment. Le trio Wright-Blaser-Monteiro sur la touche depuis quelques temps, Mikaël Maruotto a tenté un retour (deux minutes) quant à Kenny Frease il a dû jeter l’éponge après sept petites minutes, sa cheville le faisant trop souffrir. Dans ces conditions, c’était mission impossible pour les sangliers de pouvoir prétendre à mieux. «Il n’y a qu’aux matchs que l’on joue à cinq contre cinq. On manque d’intensité aux entraînements et les mêmes joueurs sont trop sollicités. Avec tous ces blessés, nous ne sommes pas une équipe et nos moyens sont limités», avouait avec une certaine fatalité l’entraîneur Manu Schmitt.

«Actuellement, on ressemble plus à une équipe de 3 contre 3.» MARIN BAVCEVIC, CAPITAINE DU BBC MONTHEY-CHABLAIS

Le tournant: mauvais début de mi-temps

Dès l’entame de match, les visiteurs subirent les tirs longue distance adverses (18-5, 4e) malgré les consignes de leur entraîneur. «J’avais demandé de fermer la raquette mais ils nous ont sanctionné à trois points.» Marin Bavcevic corrobore ces propos: «Nous avons essayé de mettre des choses en place mais on a donné confiance aux tireurs de Neuchâtel. Maintenant, on doit aller de l’avant, avoir de l’orgueil et travailler notre défense.»

Revenus à la pause suite à trois tirs primés, les Chablaisiens ont ensuite très mal négocié leur retour des vestiaires. Au tableau, un 17-3 encaissé en quatre minutes pour se retrouver menés 55-36 (24e). «Nous avions pour objectif de les faire douter au troisième quart mais notre manque d’intensité nous l’a empêché»,  précisait le coach montheysan. Grâce à Maza et Cochran, le BBCMC parvint à recoller dans le dernier « dix » et à donner au score des allures moins sévères. «Malgré nos problèmes, on est là où on veut être. Il faut serrer les dents et faire le dos rond car actuellement nous ne sommes pas formatés pour rivaliser avec les équipes du top 3», résumait Manu Schmitt.

Les retrouvailles: la revanche en coupe?

Les retrouvailles entre les deux protagonistes auront lieu le 26 décembre prochain, toujours en terres neuchâteloises, pour les ¼ de finale de la coupe de Suisse. Il ne reste plus qu’à espérer pour le suspense et l’intérêt du duel que les Montheysans soient plus frais physiquement et surtout plus nombreux. «Pour l’instant, je ne peux pas vous dire si Frease, Maruotto ou Monteiro seront là mais si tel sera le cas, ce ne sera pas à 100% » avoue le mentor valaisan. Son homologue Mehdy Mary nous parle de cette rencontre : «oui, je vais me servir du match d’aujourd’hui car il va compter dans ma préparation. Nous allons travailler et mettre en marche un plan même si je m’attends à ne pas rencontrer la même équipe de Monthey.»