BBC Monthey Chablais | Monthey-Chablais fait son retour au Final Four
2490
post-template-default,single,single-post,postid-2490,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Monthey-Chablais fait son retour au Final Four

Monthey-Chablais fait son retour au Final Four

Le BBC Monthey-Chablais est de retour au Final Four de la SBL cup après trois ans d’absence. Lors de leur dernière participation en février 2017, les Chablaisiens s’étaient imposés en battant en finale Fribourg 85-71. Mieux encore, ils avaient également remporté l’édition 2016 face à ces mêmes Fribourgeois. Cette année, ils vont les affronter cette fois-ci au stade des demi-finales. Sans doute pas cités parmi les formations prévues pour disputer cette compétition, les Montheysans feront figure d’outsiders à la salle du Pierrier. Ce n’est pas pour autant qu’ils se présenteront en victime sur la Riviera vaudoise car on l’a vue cette saison, les sangliers peuvent accrocher et battre des adversaires supposer plus forts. Soutenus par des supporters que l’on espère nombreux, ils ont les moyens de battre le leader du championnat. A quelques heures du premier gros rendez-vous basket de la saison, l’entraîneur Patrick Pembele fait le point sur son équipe et nous parle du duel de ce samedi contre l’ogre Olympic.

Le BBC Monthey-Chablais est encore en lice dans les deux coupes nationales avec en prime un cinquième rang en championnat. Ce bilan est-il conforme à vos objectifs ou au-delà de vos espérances ? Avez-vous des regrets sur certaines rencontres ?

Effectivement, nos résultats sont au-delà de mes espérances. J’ai un groupe qui a très vite accroché et muri mais il a surtout compris les deux trois principes de ma philosophie de jeu. Maintenant, il nous faut passer à la prochaine étape ce que nous avons encore de la peine à faire notamment à cause de notre manque de maturité. Je ne prétends pas être plus fort que des équipes comme Neuchâtel ou Massagno mais mon regret et de ne pas avoir su prendre des points contre ces adversaires lors de nos deux confrontations à domicile. Dans l’ensemble, je suis vraiment très content de mes joueurs car nous sommes capables de descendre très bas et aussi de monter très haut sur certains matchs. Nous devons nous montrer beaucoup plus constants.

Si on excepte Chad Timberlake, vous avez une équipe relativement jeune avec des joueurs inexpérimentés à ce niveau. Quels sont ses qualités et ses défauts et sur quels points doit-elle encore progresser ?

Mon équipe sait rester humble et soudée avec de grosses qualités humaines ce qui est primordial. Elle amène beaucoup d’énergie et d’intensité sur le terrain. Notre marque de fabrique reste avant tout la défense. Nous devons encore améliorer notre jeu de transition en attaque qui était très performant en début de saison et qui depuis un mois va moins bien. Nos adversaires connaissent mieux notre identité de jeu, par conséquent ils nous ciblent et nous avons du mal à nous y adapter. Notre défaut principal est l’inexpérience, nous ne sommes pas capables de gérer un avantage au score à cause de notre difficulté à gérer et à contrôler un match. On ressemble à des juniors, quoiqu’il se passe on joue vite, on joue vite au lieu de temporiser les actions. En attaque, nous sommes encore trop irréguliers dans les sélections de tirs à trois points que nous donnent les défenses adverses.

Un nouvel Américain est arrivé la semaine passée. Pourquoi avoir porté votre choix sur Vincent Bailey ?

Honnêtement ce n’était pas mon premier choix du fait que je ne cherchais pas ce profil de joueur. Au regard de notre enveloppe financière, le nouveau devait arriver aux mêmes conditions salariales sauf que Marvin est un rookie et donc nous étions relativement restreints dans nos choix. Etant donné la jeunesse de mon groupe notamment au niveau des Suisses, je voulais un étranger avec de l’expérience. Bailey en a au vu de son parcours et il a évolué dans notre championnat l’an passé à Boncourt ce qui constitue un gros avantage d’autant plus qu’il connaît Marlon Kessler qui était son coéquipier dans le Jura. De plus, c’est un joueur qui a beaucoup de points dans les mains qui va s’intégrer rapidement dans l’équipe. On arrive en février et prendre un pari sur un inconnu aurait été vraiment trop risqué.

Vous allez affronter Fribourg, leader du championnat et qui s’est encore renforcé avec Jule Aw. Quelles seront les clés pour tenter de bousculer et battre cette équipe qui semble au-dessus des autres ?

Nous devrons utiliser nos forces car la pression sera sur Fribourg qui, en engageant Jules Aw, prouve qu’il souhaite gagner les trois titres. Ce match est le fruit de notre bonne première partie de saison, on va aller là-bas prêt à faire la guerre en mettant énormément d’énergie. Si on se met nous de la pression, on aura aucune chance. Il nous faudra absolument essayer de contrôler le rebond et avoir une transition défensive impeccable. Pour cela, notre attaque devra être parfaitement organisée avec le minimum de pertes de balles car contre Fribourg cela se paiera cash. Le plan de jeu sera de les bousculer à l’intérieur même si ça sera compliqué et avoir un jeu offensif posé sans précipitation.

Pour la plupart de vos joueurs, mis à part Timberlake, ce sera une grand première de jouer cette compétition. Comment allez-vous préparer ce rendez-vous et personnellement quelles sont vos attentes pour ce match ?

On ne va pas se mentir, cela fait plusieurs semaines, depuis notre victoire à Massagno, qu’on a ce match en tête. Même si le grand favori restera Fribourg, nous voulons jouer le coup à fond. Ce duel, nous le préparons déjà depuis un moment, sur quelques détails, sur notre façon de l’aborder etc. Je veux vraiment que les gars entrent sur le parquet en guerriers avec des tripes et une énorme confiance en eux comme ils l’ont fait contre Genève, à Massagno voir même par moment déjà contre Fribourg chez nous. On doit être ensemble durant quarante minutes et aller tous au combat puis on verra ce qu’il passera ensuite afin de ne pas nourrir de regrets à la fin.

Texte et interview, David Chappuis

 

Bon à savoir

Cette année sera la dix-septième édition de la SBL Cup anciennement nommée Coupe de la Ligue. Née à à Genève en 2004, elle déménagea ensuite à Montreux, plus précisément à la salle du Pierrier à Clarens, en 2009 d’où elle n’a plus bougé depuis.

Palmarès

Fribourg Olympic 5 victoires

Lions de Genève 3

BBC Monthey-Chablais 2

Lugano Tigers 2

BC Boncourt 2

Union Neuchâtel 1

Demandez le programme

Samedi 1er février

16h00 Fribourg Ol. – BBC Monthey-Chablais

19h00 Union Neuchâtel – Lions de Genève

Dimanche 2 février

13h00 BC Winterthur – Elfic Fribourg

16h00 finale masculine