SBL Cup : le BBC Monthey remet son titre en jeu
367
post-template-default,single,single-post,postid-367,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.9.4,woocommerce-no-js,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-27.8,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
 

SBL Cup : le BBC Monthey remet son titre en jeu

SBL Cup : le BBC Monthey remet son titre en jeu

Le dimanche 31 janvier 2016, Monthey remportait pour la première fois la coupe de la Ligue en battant en final Fribourg Olympic 79 à 65. La veille, il s’était défait des Lions genevois en demi (69-66). Un week-end parfait au cours duquel la formation chablaisienne avait déjoué tous les pronostics, fêtant un titre et un trophée qu’elle n’avait plus soulevé depuis dix ans. Ce week-end, les hommes de Bavcevic auront l’occasion de remettre leur titre en jeu, puisqu’ils se sont brillamment et directement qualifiés pour la SBL cup en terminant au second rang au terme du premier tour. Excepté cette nouvelle nomination, la compétition aura toujours lieu à la salle du Pierrier de Clarens. Autre point commun, comme en 2016, le BBCM sera opposé aux Lions dans une ½ finale qui promet des étincelles. Ce « derby »romand aura une saveur particulière car plusieurs joueurs ont changé de camp l’été passé. Markel Humphrey et Mikael Maruotto sont passés de Genève à Monthey tandis que Marko Mladjan et Chad Timberlake ont fait, eux, le chemin inverse. A moins de deux jours du premier évènement basket de la saison, nous avons fait le point avec Niksa Bavcevic, un entraîneur content mais qui reste conscient que tout reste à encore à faire.

Quel bilan tirez-vous de cette première partie de saison, êtes-vous satisfait du parcours réalisé par vos joueurs jusqu’ici ?

Oui je suis satisfait du début de saison de l’équipe et je crois que tout le monde peut l’être également. Il ne faut pas oublier que notre préparation estivale a été perturbée par de nombreux soucis administratifs notamment avec les visas de nos étrangers. De ce fait, nous n’étions pas encore au niveau durant les premiers matchs avant de monter en régime au fil des semaines. La plupart des joueurs suisses sont restés ce qui a facilité le travail. Mon autre satisfaction est le retour du public au Reposieux et même aussi à l’extérieur. Cela signifie pour moi que nous sommes sur la bonne voie car on ne peut pas tricher avec les supporters. Leur présence est un bon test sur la valeur du travail effectué jusqu’à présent. Nous avons joué le match contre le dernier Winterthour devant 860 spectateurs ce qui est une belle performance.

Seule recrue helvétique du BBCM, Mikael Maruotto fait partie du top 5 des meilleurs marqueurs suisses du championnat avec 11,5 pts de moyenne. Est-ce que vous vous attendiez à ce qu’il soit aussi performant offensivement et êtes-vous surpris ?

Je vais être honnête, oui je suis quand même surpris de ses performances. J’attendais plutôt fin février début mars  pour que le travail porte ses fruits avec Mikael mais c’est arrivé bien avant, cela montre bien ses qualités et son intelligence. Son grand potentiel tout le monde en avait parlé alors qu’il n’avait pas encore signé à Monthey. Il a tout de suite adhéré à ma façon de travailler en suivant mes conseils et en acceptant les durs entraînements. Nous avons changé sa technique de shoot, de dribble et de passe ensuite, nous sommes passés à la tactique individuelle puis collective. En plus d’avoir amélioré son tir et son adresse j’ai voulu qu’il prenne plus confiance en lui notamment en défense mais il possède une grande marge de progression.

Selon bon nombre de spécialistes, le Monthey 2017 paraît plus fort, plus équilibré que celui de 2016. Quel est votre avis ? L’arrivée de Young a-t-elle rendu l’équipe plus forte ?

Je ne veux pas sous-estimer ou surévaluer l’équipe de cette année. Celle de la saison passée était plus lente mais les joueurs se sont beaucoup donnés et je me dois de les féliciter car nous avons gagné un trophée ne l’oublions pas. Cette saison, l’équipe est différente et jusqu’à présent je dirais qu’elle est un peu mieux que la précédente, mais pour apporter un jugement définitif, il me faut attendre encore trois mois. C’est difficile de faire une comparaison en milieu de championnat, pour se faire une meilleure idée attendons de voir les futurs résultats et si des titres seront remportés.  Oui, l’arrivée de Young a définitivement changé l’équipe même si nous avons dû adapter notre jeu d’attaque et de défense qui n’est pas le même qu’avec Sinclair. Mon but fut d’intégrer Brandon à l’équipe et vice-versa. Il nous amène tout son potentiel et grâce à lui j’ai pu déplacer Wood en position 2.

Monthey va disputer ce week-end la SBL Cup à Clarens. Dans quel état d’esprit allez-vous aborder ce rendez-vous et quelles sont les ambitions du club ?

Nous allons aborder cette compétition avec un tout autre état d’esprit. L’année passée nous étions arrivés avec le rôle d’outsider car on était quatrième au classement et nous avions dû jouer les ¼ pour nous qualifier. Dans notre position, personne ne s’attendait à ce que nous gagnions le titre. Mes joueurs ont montré une incroyable faim de victoire et une belle concentration et nous avons offert deux très bons matchs. Cette année la situation est complètement différente. Nous somme leader du championnat et en finale de Coupe de Suisse par conséquent nous partons légèrement favoris. C’est une compétition où il n’y a pas de petits et dans laquelle nous devrons réaliser deux matchs exceptionnels pour aller au bout. Nous sommes ambitieux mais mentalement il faudra être très fort avec un caractère de gagnant. Je reste à la fois optimiste et prudent

Comme l’an passé, votre adversaire sera Genève. Quelles seront les clés de cette rencontre, que faudra-t-il faire ou ne pas faire pour se qualifier pour la finale.

La première chose, nous devrons être capable de garder la tête froide quoiqu’il arrive et en toutes circonstances, ce sera la clé principale du succès. Je sens une certaine euphorie autour du club pour cet évènement ce qui est normal, notamment chez les supporters. Par contre, l’équipe et le staff doivent se tenir à l’écart de tout ça. La bataille du rebond sera également capitale. Lors de notre défaite à Genève nous avions été battus dans ce domaine, il va falloir corriger cela. Dernière chose, nous devrons jouer notre propre jeu et ne pas subir le leur.

Joueurs du BBC Monthey l’an dernier, Marko Mladjan et Chad Timberlake seront cette fois-ci dans l’autre camp. Vous les connaissez bien alors pensez-vous que cela pourra être un avantage pour préparer ce match ?

Dans la préparation de ce match, bien évidemment que cela est un avantage car je connais la façon de jouer de Chad et Marko. Mais d’un autre côté, ils connaissent mes méthodes de travail et d’entraînements. Il est toujours très difficile quand vous avez des anciens joueurs dans l’équipe adverse car à chaque fois ils veulent démontrer leur potentiel et sont hyper motivés en affrontant leur dernier club.

 

Bon à savoir

5 : le nombre de participations de Mikael Maruotto à la coupe de la Ligue entre 2012 et 2016, toutes sous le maillot des Lions de Genève. Il en remporta deux en 2013 et 2015. Le néo montheysan est un habitué de cette compétition.

5 bis  : le nombre de présence du BBC Monthey dans cette compétition. Défaite en 2005 en finale contre le BC Boncourt puis à nouveau trois revers entre 2010 et 2012 en 1/2 finale respectivement face à Fribourg Ol. et Lugano deux fois. La 5ème fut la bonne l’année dernière. Espérons que l’issu de la 6ème soit identique.

A la TV : comme l’an dernier la chaîne régional La Télé retransmettra en direct les quatre rencontres de cette SBL cup. C’est Randoald Dessarzin qui officiera comme consultant pour les matchs masculins.

Buvettes : elles seront gérées par le Vevey Riviera Basket et son équipe de bénévoles qui seront là pour servir boissons et autres nourritures. A n’en pas douter, le succès populaire risque d’être à la hauteur.

Texte et interview, David Chappuis