Interview de coach Pembele
3174
post-template-default,single,single-post,postid-3174,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.5.9,woocommerce-no-js,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-24.4,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive
 

Interview de coach Pembele

Interview de coach Pembele

A l’approche de la fin de saison et des playoffs, notre coach Patrick Pembele nous parle de cette année différente des autres. La gestion de son groupe, la série de défaites, l’absence de supporters, l’adaptation face aux mesures sanitaires, sa prolongation,… il nous en dit un peu plus !

Salut Patrick, tout d’abord, la série de 9 défaites se stoppe le week-end dernier face aux Lugano Tigers. Elle doit faire un bien fou… Comment as-tu géré ton groupe durant cette spirale négative ?
P.P : Oui, une victoire fait toujours plaisir. Ce n’était pas une période facile. Heureusement, la grande majorité du groupe savait dans quelle saison on se lançait et que cela allait être compliqué. Dans cette mauvaise série, certaines de nos défaites se jouent à quelques détails. Il nous manquait parfois ce petit plus pour aller chercher la victoire. On n’a pas eu de vrai pré-saison et ça se fait clairement ressentir. La défaite à domicile contre les Lions de Genève le 20 mars dernier (79 à 83) nous redonne malgré tout beaucoup d’énergie. Le groupe connaît ses qualités.

Les 2 prochains matchs sont à domicile et face à des concurrents directs (face au BBC Nyon ce samedi 4 avril et dimanche 11 avril face à Starwings Baskets). Il nous faut absolument gagner pour aller chercher cette place en playoffs…
P.P : Le mot d’ordre c’est de prendre match après match. On a eu une semaine complète pour préparer cette rencontre et on veut vraiment l’attaquer comme les deux précédentes. On doit rester humble et ne pas oublier qu’on a subi 9 défaites d’affilée. Le BBC Nyon est une équipe qui a beaucoup de caractère. Il faudra faire attention.

Cette année les playoffs se joueront sur 3 rencontres et non 5. Tu penses que cela va changer quelque chose, qu’il y aura des surprises ?
P.P : Je pense que c’est plus intéressant pour nous et les équipes de bas de tableau. Il faudra gagner 2 matchs au lieu de 3 pour se qualifier. Tout est possible. Nous allons nous adapter comme on l’a fait durant toute la saison.

L’absence du public joue un rôle majeur cette saison…
P.P : Enormément. Tout le monde connaît le public montheysan et l’ambiance du Reposieux. Dans certains matchs, la présence des supporters aurait sûrement fait la différence. Ils nous auraient donné cette énergie supplémentaire. Pour l’instant, nous avons plus de victoires à l’extérieur (4) qu’à domicile (2), cela peut avoir son explication… On avait l’espoir qu’ils reviennent pour la fin de saison, mais ça s’annonce très compliqué.

Hors terrain, comment les joueurs gèrent-ils cette pandémie ? On sait qu’il n’y a pas grand chose à faire…
P.P : C’est compliqué bien évidemment. J’en parle beaucoup avec mes joueurs. Pour eux le temps est super long. D’autant plus pour les joueurs étrangers qui n’ont plus vu leur famille depuis bientôt 8 mois. C’est plus difficile pour certains.
Après un match, ils n’ont pas la possibilité d’échanger avec les supporters, manger au restaurant, boire un verre ou même sortir en boîte de nuit pour se changer les idées et ne plus penser au basket. Ça leur donnerait un grand bol d’air frais.

Es-tu surpris du niveau de jeu de Thomas Salman depuis son arrivée ?
P.P : Je connaissais déjà les qualités du joueur. J’apprécie son attitude de ne pas se cacher. Lors du 4ème quart face aux Lions de Genève ou encore le week-end dernier à Lugano, il a été très performant. Maintenant, les équipes adverses seront plus attentives et vont davantage le mettre sous pression. Je souhaite qu’il continue sur sa lancée et qu’il trouve une régularité jusqu’à la fin de saison.

Pour finir, un petit mot sur ta prolongation ?
P.P : Je suis très reconnaissant envers le comité. En plus, je signe cette prolongation alors qu’on est en plein dans notre série de défaites. C’est une grande marque de confiance. On va continuer à travailler sur ce projet d’intégrer des jeunes joueurs au sein de l’effectif durant les saisons à venir. C’est un plaisir d’y contribuer !

Photo : 360DSM
Interview : Basile Amacker