Interview de notre nouvel assistant Besserat Temelso
3501
post-template-default,single,single-post,postid-3501,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.5.9,woocommerce-no-js,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-27.8,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive
 

Interview de notre nouvel assistant Besserat Temelso

Interview de notre nouvel assistant Besserat Temelso

Salut Besserat, bienvenue à Monthey ! Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

B.T. : Salut, moi c’est Besserat Temelso, j’ai 28 ans et je suis originaire de Lausanne ! Auparavant, j’ai joué au basketball au BBC Lausanne (ancienne appelation avant la fusion entre Pully et Lausanne) et à l’Académie du Fribourg Olympic. Ensuite j’ai décidé d’arrêter de jouer pour entraîner. Je vais entamer cette saison ma 3ème année de coaching. En 2019, j’ai eu l’opportunité de rejoindre en ligue A les Pully-Lausanne Foxes en tant qu’assistant de Randoald Dessarzin. Après une saison, j’ai quitté les Foxes pour rejoindre le BCF Elfic Fribourg, toujours en tant qu’assistant, aux côtés de Romain Gaspoz.
En même temps de cela j’étais entraîneur principal du Centre de Formation d’Elfic en LNB féminine. C’était une superbe expérience où j’ai pris beaucoup de plaisir. J’ai vécu des jolis moments en remportant les 4 trophées en Suisse (tout en restant invaincu) et en participant à des matchs de Coupe d’Europe où nous avons atteint les 1/4 de finales de l’EuroCup Women, ce qui était également une 1ère dans l’histoire du basket Suisse.

Comment se passe ton arrivée à Monthey ? Tu connaissais déjà un peu la ville ?

B.T. : Très bien personnellement. Je ne suis pas totalement dépaysé ici (rire). Le Chablais est une belle région. Je commence gentiment à connaître la ville.  J’étais déjà venu ici mais à chaque fois au Reposieux en tant que spectateur.

Comment ta venue à Monthey s’est faite ? Tu connaissais déjà Patrick…

B.T. : Oui, il m’a contacté en fin de saison passée et m’a expliqué le projet. Depuis qu’il a repris le poste de coach principal suite au départ de Manu Schmidt, il n’a jamais eu d’assistant. Le fait que je puisse l’épauler, amener ma plus-value et être là pour le groupe durant les trêves internationales (Patrick Pembele est le coach assistant de l’équipe Suisse depuis cet été) l’a probablement poussé à avoir un assistant.
J’avais envie d’avoir un nouveau challenge. Le BBC Monthey-Chablais a une culture basket, il y a un vrai engouement derrière ce club qui a un esprit familial. Cela m’a motivé. Il y a aussi un belle équipe pour cette année avec les joueurs suisses et américains. Les deux dernières saisons, le club a terminé à la 5ème place. Le challenge est d’aller attraper ces places de devant pour les play-offs.

Peux-tu nous en dire plus sur tes premières impressions du groupe ?

B.T. : C’est un bon groupe. C’est clair que l’on est qu’au début, mais il y a déjà des signes qui montrent qu’ils ont l’air de bien vivre ensemble. L’équipe est jeune (moyenne d’âge de 24 ans) et il n’y a pas trop de décalage de générations. Tous les joueurs se mélangent, que ça soit à table ou ailleurs, il n’y en a pas un qui est mis de côté. Il y a des personnalités qui sont plus extravertis que d’autres, ce qui facilite la bonne vie du groupe.

On a parlé de tes compétences d’analyste vidéo… est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette tâche ?

B.T. : En plus des matchs, tous nos entraînements sont filmés. Même l’échauffement. Le but est d’observer ce qu’on aurait peut-être oublié de faire ou que l’on a pas assez porté d’attention. Il y a aussi une analyse des équipes adverses. A Elfic Fribourg, je prenais les 3-4 derniers matchs de l’adversaire à venir et j’analysais leur manière de jouer en attaque, leur manière de défendre, leurs points forts/faibles et ensuite je présentais cela aux joueuses la veille de la rencontre en les rendant attentifs aux potentiels dangers.
Patrick a déjà sa manière de travailler sur les analyses de matchs. Je viens apporter mes idées. On sera beaucoup dans l’échange et il y aura maintenant 4 yeux pour observer tout cela.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour cette saison ?

B.T. : J’espère qu’on pourra vivre une belle saison, sans que le Covid ne vienne nous embêter. De plus, que les joueurs soient épargnés des blessures.
D’un point de vue personnel, de l’épanouissement. Je me réjouis de commencer cette saison, de rencontrer le public montheysan et de retrouver la compétition !

Merci Besserat pour cet interview et bonne saison à toi !

Interview : Basile Amacker