À Fribourg, le BBC Monthey-Chablais vole en éclats
4050
post-template-default,single,single-post,postid-4050,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.9.4,woocommerce-no-js,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-27.8,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
 

À Fribourg, le BBC Monthey-Chablais vole en éclats

À Fribourg, le BBC Monthey-Chablais vole en éclats

Pour la première fois depuis longtemps, le BBC Monthey-Chablais a démissionné. Anéantis par la rigueur défensive des Fribourgeois, les Sangliers ont eu l’occasion de mesurer l’écart qui sépare une équipe qualifiée de justesse pour les play-off du triple champion de Suisse en titre. 
Sans patron et sans réaction, les Chablaisiens ont laissé Olympic les écraser au terme d’une des mi-temps les plus déséquilibrées de l’histoire des play-off (57-19). Même si la différence était faite, les deux équipes ont dû revenir sur le parquet pour disputer 20 autres minutes durant lesquelles le constat n’a pas beaucoup évolué. Il faudra désormais plus qu’un miracle pour que la saison des Bas-Valaisans ne se termine pas samedi au Reposieux. 

La première mi-temps: quand l’ogre piétine les Sangliers

Patrick Pembele avait demandé à ses hommes de limiter les pertes de balle et d’empêcher les Fribourgeois de s’emparer des rebonds offensifs. Les Sangliers se sont exécutés en réalisant, à ce niveau, une meilleure entame que lors l’acte I. 
Problème, offensivement les Montheysans ont été loin d’afficher la même réussite que samedi dernier. Et ce constat n’a fait que de s’aggraver au fil des minutes. «Je l’ai relevé au terme du premier quart – il nous manquait de la réussite. Mais ensuite, on a voulu réinventer notre jeu et tout s’est écroulé, à mesure que Fribourg est monté en intensité», regrette le coach chablaisien. Cernés par la défensive fribourgeoise, Payne et Dixson ont traversé cette première mi-temps comme des fantômes. Contraints de précipiter chacune de leurs prises de décision, les deux Américains ont affiché – comme l’ensemble de leurs coéquipiers – une adresse désastreuse. Le meneur n’inscrivait qu’une de ses quatre tentatives, alors que l’ailier en était à une sur six à la mi-temps. 

La question: à quel point la fatigue a-t-elle joué?

Il était évident avant même le coup d’envoi de cette série – et sans doute avant même le début de la saison – que le «BBCM» ne possède ni la carrure athlétique, ni la profondeur de banc pour rivaliser avec Olympic. 
Les Bas-Valaisans se sont pris cette différence en pleine face, eux qui ont été totalement dominés physiquement par les pensionnaires de Saint-Léonard. «Il nous a manqué de l’intensité sur tout le match, mais ce n’est pas une question de fatigue. Ils nous ont rapidement mis KO. Je ne me souviens pas d’avoir vécu une telle mi-temps dans ma carrière», relève Brunell Tutonda.  

Les fautes: aux petites différences, les gros points

Il restait 60 secondes à égrener en première mi-temps lorsque les Fribourgeois annihilaient un contre montheysan avec leur première faute du match. Deux secondes plus tard, Robert Zinn en commettait une deuxième, sans que cela n’offre de lancer franc à Monthey, bien sûr.  La scène allait se répéter en fin de quart, lorsque Cotture et Jankovic coupaient deux nouvelles actions fautivement et amenaient le chrono à 2,6 secondes et empêchaient les visiteurs d’inscrire un ultime panier. Une intelligence et une expérience qui tranchaient brutalement avec l’entame de deuxième quart des Sangliers.  Ceux-ci, offraient naïvement deux paniers avec la faute à Olympic. Des paniers qui permettaient aux hommes d’Aleksic d’enfoncer encore un peu plus la tête des Chablaisiens déjà noyés par un écart de 21 points (30-9). 

La fiche du match 

Saint-Léonard, 1234 spectateurs.
Arbitrage de MM. Novakovic, Mazzonu et Demierre

Fribourg Olympic : Mitchell (4), Zinn (14), Gravet (17), Jurkovitz (11), Jankovic (13) puis Cotture (12), Miljanic (13), Jordan (9), Solca (11), Curdo (2), Maquiesse (0), Sangwa (0). Entraîneur: Petar Aleksic.
BBC Monthey-Chablais : Payne (2), Kessler (5), Dixson (7), Tutonda (11), Langford (9) puis Fritschi (6), Salman (3) Hayes (3), George (6). Entraîneur: Patrick Pembele.
Notes : 15 fautes contre Fribourg, 21 fautes contre Monthey. Fribourg sans Mbala et Memishi (blessés). Monthey sans Le Sann, Tchougang et Rentsch (blessés). Gravet pour Olympic et Tutonda pour Monthey sont élus «meilleur joueur» de leur équipe.
Par quart : 1er 21-7, 2e 36-12, 3e 28-16, 4e 21-17.
Au tableau : 5e 11-5, 10e 21-7, 15e 44-11, 20e 57-19, 25e 70-25, 30e 85-35, 35e 94-43, 40e 106-52.

Texte : Adrien Délèze – Le Nouvelliste
Photo : Basile Amacker – BBC Monthey-Chablais